UN BLOG FAIT DU SUPPLEMENT D'AME, DE CRITIQUE ET D'INSPIRATION NÉCESSAIRE A VOTRE SANTÉ MENTALE.
CHRONIQUE-EMMERDEUSE NEE, BIENVENUE DANS LE CABINET DE CURIOSITÉS DE GISELE PRICE.

WELCOME IN THE CABINET OF CURIOSITIES OF GISELE PRICE

NÉO-REMOULADE
Hey des nouvelles du frigo de Gisèle Price ça vous dit ? J’ai eu comme une envie furieuse de céleri rémoulade mais le vieux fantôme de la cantoche trainant par là, j’ai revisité la recette. 
Ingrédients x2 : Un bulbe de fenouil + 3 branches de céleri (pas le céleri rave) + 2 c. à s de jus de citron jaune + 2 c. à s de crème fraiche ou fromage blanc + 40 gr de mayonnaise + 1 c. à c de moutarde + quelques noix concassées. 
Mode d’emploi : 
Nettoyer vos legumes + pressez votre citron
Épluchez le fenouil et réserver quelques feuilles / émincer finement le fenouil et le céleri / hâchez quelques feuilles de céleri. 
Mélangez la moutarde, la crème fraiche, la mayo, le jus de citron, mélangez puis napper les légumes avec la sauce. Ajoutez quelques noix… 
C’est excellent avec une viande comme une côte de porc au gingembre ou un filet de poisson tout simple ! 

NÉO-REMOULADE

Hey des nouvelles du frigo de Gisèle Price ça vous dit ? J’ai eu comme une envie furieuse de céleri rémoulade mais le vieux fantôme de la cantoche trainant par là, j’ai revisité la recette. 

Ingrédients x2 : Un bulbe de fenouil + 3 branches de céleri (pas le céleri rave) + 2 c. à s de jus de citron jaune + 2 c. à s de crème fraiche ou fromage blanc + 40 gr de mayonnaise + 1 c. à c de moutarde + quelques noix concassées. 

Mode d’emploi : 

  1. Nettoyer vos legumes + pressez votre citron
  2. Épluchez le fenouil et réserver quelques feuilles / émincer finement le fenouil et le céleri / hâchez quelques feuilles de céleri. 
  3. Mélangez la moutarde, la crème fraiche, la mayo, le jus de citron, mélangez puis napper les légumes avec la sauce. Ajoutez quelques noix… 

C’est excellent avec une viande comme une côte de porc au gingembre ou un filet de poisson tout simple ! 

MODJO-TRACK

Le track officiel de mon modjo de ces jours-ci. Oui il est un peu girly, oui il donne envie de transpirer sur le corps d’un/une autre, oui c’est encore Nicolas Jaar et alors ? 

merci nightdriveradio pour tes sélections // sans toi je serais perdue. 

FAVORITE OF SEPTEMBER // BEAUTY 

Que la personne qui n’a jamais eu envie d’un piercing se lève, les autres vous mentez.  En tous cas, dans les années 90 nous ne faisions pas qu’en rêver - on l’a fait. Nombril, langue, pas l’arcade parce qu’on  essayait de choper les garçons qui en avaient - on étaient toutes un peu amoureuses de Drazic dans la série "Hartley coeur à vif". Tu vois ce que je veux dire… 

J’ai retenté l’experience l’année dernière avec le port du mini-anneau mais mon Johnny Peel (c’est un surnom évidemment) n’a pas aimé - je veux dire au point de me dire "Chérie je vais être obligé de te mettre un oreiller sur la tête pour faire l’amour tellement je n’aime pas ça". Je l’ai retiré.

Je n’ai pas dit mon dernier mot, après la grossesse je retente en mode : j’ai besoin de rester jeune tu comprends ! 

Sinon j’ai développé une passion pour le rouge à lèvres Diva de M.A.C. Une couche, il est framboise, deux couches il est prune profonde. Ne pas oublier l’anti-cerne, ça peut vite virer gothique. Le cheveux doit être impeccable et porter avec du blanc ou du très casual genre une chemise gap rayée… enfin à la mode de Gisèle quoi. 

HERE I AM : Gisèle Price
ça va, ça va. N’en faisons pas tout un plat. Bon allez quand même un peu.
11.09.14
Ce jour sera celui où je passerai de l’anonymat à "Salut c’est moi Gisèle Price, voilà à quoi je ressemble". Je n’ai pas toujours eu du ventre hein. Ce jour sera aussi celui où je vous confierai “I’M PREGANT” ! Un jour important où je brise la promesse de ne jamais “me” publier sur ce blog. Préférant que nos échanges soient basés sur des accointances intellectuelles plutôt que sur un égotrip dont vous ne seriez que l’alibi malsain. Je ne vous apprends rien en vous disant que les bloggueuses se nourrissent de vos likes dans le seul but de combler leur déficit de confiance en elle et pour se farcir de bon de reducs chez Zalando ? Spoiler malgré moi.  
Ce qui est moche dans ma révélation c’est que je le fais par culpabilité, pour vous/me rassurer sur la rareté des posts de ces deniers mois… Entre les nausées, les cours de poussées chez la sage-femme, le goûter - très important de goûter - et cette nouvelle passion pour la chaîne Téva, mon inspiration a carrément frôlé la côte de popularité de François Hollande. Si je te jure. 
Je ne promets pas de poster des auto-portraits toutes les semaines, ni de ma progénitures sur le pot (thank god) mais de continuer à animer ce journal avec la sincérité et le talent (humilité) dont je fais preuve depuis presque 3 ans… 
A suivre : mes obsessions de la rentrée - sans couche culotte lavable - enfin pas encore… 
Sincèrement

HERE I AM : Gisèle Price

ça va, ça va. N’en faisons pas tout un plat. Bon allez quand même un peu.

11.09.14

Ce jour sera celui où je passerai de l’anonymat à "Salut c’est moi Gisèle Price, voilà à quoi je ressemble". Je n’ai pas toujours eu du ventre hein. Ce jour sera aussi celui où je vous confierai “I’M PREGANT” ! Un jour important où je brise la promesse de ne jamais “me” publier sur ce blog. Préférant que nos échanges soient basés sur des accointances intellectuelles plutôt que sur un égotrip dont vous ne seriez que l’alibi malsain. Je ne vous apprends rien en vous disant que les bloggueuses se nourrissent de vos likes dans le seul but de combler leur déficit de confiance en elle et pour se farcir de bon de reducs chez Zalando ? Spoiler malgré moi.  

Ce qui est moche dans ma révélation c’est que je le fais par culpabilité, pour vous/me rassurer sur la rareté des posts de ces deniers mois… Entre les nausées, les cours de poussées chez la sage-femme, le goûter - très important de goûter - et cette nouvelle passion pour la chaîne Téva, mon inspiration a carrément frôlé la côte de popularité de François Hollande. Si je te jure. 

Je ne promets pas de poster des auto-portraits toutes les semaines, ni de ma progénitures sur le pot (thank god) mais de continuer à animer ce journal avec la sincérité et le talent (humilité) dont je fais preuve depuis presque 3 ans… 

A suivre : mes obsessions de la rentrée - sans couche culotte lavable - enfin pas encore… 

Sincèrement

L’Amérique dans le rétro, en photo

L’excellent site The Atlantic publie plusieurs épisodes de photographie documentaire sur l’Amérique des années 70. Cette semaine c’est le travail du photographe John H.White sur la communautés afro-américaine de Chicago. Une saga photo a suivre jusqu’à la fin de l’été… 

A Look at Black Chicago in the 1970s

The Atlantic’s In Focus blog is doing a great photo series on America in the early 1970s. Last week they took a look at documentary photographer John H. White, who went on to win the Pulitzer Prize for Photojournalism in 1982. Here’s a quick look at the series, and you can see the whole thing over at The Atlantic.

(Source : sinidentidades, via vintagegal)

MIAM : LE YOGURT AUX EPICES ET FIGUES RÔTIES 
A toi lecteur qui apprécie les saveurs orientales bien élevées pour lutter contre l’appel du Magnum triple caramel, je te dédie ce dessert. 
Ingrédients pour 4 : 1 pot de fromage blanc, des figues fraiches ou surgelés, des pistaches  grillées mais non salées, 1/2 noix de muscade, 1 c. à café de cannelle, du miel de fleur. 
Mode d’emploi :
Couper vos figues en quartiers pas trop petits pour éviter qu’ils fondent - les placer dans une poêle anti-adhésive pour les rôtir quelques minutes dans le miel.
Eplucher les pistaches, conserver. 
Versez le fromage blanc dans une jatte, râper la 1/2 noix de muscade, verser la cannelle, mélanger le tout.
Répartir un peu du fromage blanc aux épices dans petits bols, déposer une petite poignée de pistaches et poser des quartiers de figues rôties. Servez sans attendre. 
Sahten. 

MIAM : LE YOGURT AUX EPICES ET FIGUES RÔTIES 

A toi lecteur qui apprécie les saveurs orientales bien élevées pour lutter contre l’appel du Magnum triple caramel, je te dédie ce dessert. 

Ingrédients pour 4 : 1 pot de fromage blanc, des figues fraiches ou surgelés, des pistaches  grillées mais non salées, 1/2 noix de muscade, 1 c. à café de cannelle, du miel de fleur. 

Mode d’emploi :

  1. Couper vos figues en quartiers pas trop petits pour éviter qu’ils fondent - les placer dans une poêle anti-adhésive pour les rôtir quelques minutes dans le miel.
  2. Eplucher les pistaches, conserver. 
  3. Versez le fromage blanc dans une jatte, râper la 1/2 noix de muscade, verser la cannelle, mélanger le tout.
  4. Répartir un peu du fromage blanc aux épices dans petits bols, déposer une petite poignée de pistaches et poser des quartiers de figues rôties. Servez sans attendre. 

Sahten. 

FAVORITES OF THE WEEK 

L’inspi était un peu molle ces dernières semaines mais mon begain pour la mode n’était heureusement pas en cause. A la bonne heure, l’été n’est pas caniculaire, on peut donc se la jouer trench longuet, chemisette et manches longues. N’aillons pas peur des imprimés “taches” ça fera un peu swinguer les tatanes allemandes.

Bourracho con estilo y avocado 

Votre Gigi vous dit Hola depuis Ibiza et vous parle d’une adresse presque trop instagramable pour être relatée ici. En route pour Dalt Vila. 

Tu m’as senti arriver avec la minute histoire-géo hein ? C’est pour justifier la différence entre ce blog et les pages de Grazia. Donc. Eivissa, le nom de la ville fortifiée et de l’île en catalan (Ibiza est le nom castillan) laquelle est divisée en trois parties. Dalt Vila la cité fortifiée, la pena prononcée pénia au pied des remparts jadis réservée aux pêcheurs et aux gitans et le nuevo Eivissa plus à l’est avec les boutiques de grande distribution (Zara, Kiko, Intimissimi). Passons la période av-JC pour survoler la domination des musulmans dès le VIIIeme siècle pour 300 ans avant qu’un roi Norvegien libère l’île de la domination musulmane pour la rendre au sacre chrétien à la couronne d’Aragon sous Jacques 1er d’Aragon en 1235. Sous Franco beaucoup d’espagnols quittent leur terre, transitent par Ibiza pour se réfugier en Algérie à quelques heures de navigation à peine. Il faudra attendre les années 50 pour que les Baléares émergent vraiment et que le tourisme fasse son oeuvre. La colonisation des chevelus et des utopistes termina de mystifier l’île des pins  dans les 70’s,  avant de devenir la destination clubbing qu’on connait. 

J’ai une stratégie assez efficace pour préserver Ibiza qui consiste à ne pas contredire les gens quand ils en parlent. On dirait le pitch d’enquête exclusive M6 : drogue, dérive au paradis espagnol. Let them’talk, nous on sait … 

Laissez moi vous présenter La Mezcaleria , un adorable salon ouvert il y’a quelques jours à peine dans la fameuse Dalt Vila. Mobilier de récup, coussins en jute, luminaires chinés bla bla bla… Ça sent le branchouille et ça l’est. On y boit des cocktails à base de Mezcal (liqueur mexicaine hot) et on y goute aux saveurs hippister qui changent des patatas bravas. Salade de Boulghour, guacamole agrumes et nachos, carpaccio de langoustines, hamburger tofu épicé, sashimi saumon à la violette, yaourt à l’avocat aux deux chocolats. Note : 7/10. Le service était interminable - nous étions 5 et seuls à midi - mais c’était leur premier fait d’arme… 20€ environ. A FAIRE. 

A très vite pour un tour des criques sauvages. 

Un beso

RECUERDO D’IBIZA 
Quelqu’un la fait et bien fait. Capturer les portraits des gens d’Ibiza. Les natifs, les pionniers, les nouveaux riches, les vrais hippies, les contrefaçons, les faiseurs de nuits, de rêve, paëlla, les pêcheurs, les exhib, les producteurs de son… 
Un album-hommage bourré de tendresse qui compile sans complexe les moustaches tradi des ibizencos, au liner des extravertis. Precioso. 
Ici un interview de l’auteur pour en savoir plus. 

RECUERDO D’IBIZA 

Quelqu’un la fait et bien fait. Capturer les portraits des gens d’Ibiza. Les natifs, les pionniers, les nouveaux riches, les vrais hippies, les contrefaçons, les faiseurs de nuits, de rêve, paëlla, les pêcheurs, les exhib, les producteurs de son… 

Un album-hommage bourré de tendresse qui compile sans complexe les moustaches tradi des ibizencos, au liner des extravertis. Precioso. 

Ici un interview de l’auteur pour en savoir plus. 

JEUNE FEMME CHERCHE GUIDE EXPERIMENTÉ

Ouais internet c’est chouette pour choper des tas d’adresses - mais je n’arrive jamais à me départir de l’achat d’un vrai guide. Chaque année c’est la même rengaine, je file au rayon en me disant “allons voir ce qu’il y a de neuf”. Et rien. Le mini Lonely Planet toujours honnête, le futé, le routard, le taschen pour les riches, le nouveau Chic / cheap pas toujours de bons conseils… Mais que font les acheteurs des rayons tourisme (bordel à cul) ! 

Surtout quand on sait que quelques maisons s’arrachent sévère sur l’édition de nouvelles formules plutôt séduisantes. 

Portraits de villes : une balade photographique sans légendes ni texte pour apprivoiser les contours urbains et les paysages de la destination dans l’oeil du photographe auteur. Plus joli que pratico-utile, on les collectionne quand même pour faire beau sur la table du salon et se rappeler au bon souvenirs de cette excursion.

portraitsdevilles.fr / 18€ pièce 

City Cycling : J’ai littéralement craqué sur ce petit coffret édité par Thames & Hudson en collab’ avec la marque de vélo Rapha. Huit carnets pour découvrir huit villes europpéennes en pédalant avec pleins d’adresses pour faire des pauses et des repères pour ne pas s’éloigner des pistes cyclables. Roule ma poule ! 

Bicylestore.fr / 39€ les huit

SOCCA FEVER 

Née en 1984 à Nice, patrie du mauvais gout et du mélanome mais c’est aussi ma terre ce qui relève largement le niveau. 

Récit en images d’une balade au coeur du vieux Nice et sur la nouvelle coulée verte nommée Promenade du Paillon. 

Bon baiser de la prom’